Un chiot de race « cavalier king charles » de trois semaines est présenté pour un retard de croissance associé à un jetage purulent bilatéral.

Examen clinique

  • Le chiot présente un assez bon état général.
  • Il présente un retard de croissance par rapport à ses frères (-15% par rapport à la moyenne de la portée)
  • Un jetage bilatéral purulent est présent aux narines.
  • L’auscultation respiratoire révèle des crépitements sur l’ensemble du parenchyme pulmonaire.
  • L’examen de la gueule indique une fente palatine.

Fente palatine s’étendent sur toute la longueur du palais dur et palais mou

Examen complémentaire

Une radiographie thoracique montre la présence d’opacification bronchique compatible avec une légère bronchopneumonie.

Traitement pré-opératoire

  • Un traitement médical est préconisé afin de réduire la bronchopneumonie avant la réalisation de la chirurgie réparatrice : Céfalexine (15 mg/kg toutes les 8 heures).
  • Le chiot est sondé à tous les repas afin de limiter les fausses déglutitions
    (voir technique médicale : réalimentation par sonde chez le chiot).
  • Après une semaine de traitement, le chiot présente une nette amélioration de ses symptômes respiratoires. La chirurgie est alors décidée 4 jours après.

Suivi post-opératoire

Le chiot est alimenté par sonde pendant 6 jours. Après deux semaines, la cicatrisation est satisfaisante : une alimentation semi-solide est alors proposée.

Fente palatine 6 jours post-opératoire

Fente palatine 1 mois post-opératoire

Les éléments à connaitre 

Les données scientifiques sur l’origine des fentes palatines chez les carnivores domestiques sont encore limités. Néanmoins, certaines informations sont connues : 

  • le palais mou et dur se constituent pendant la période embryonnaire. La fusion des bourgeons s’opère entre 25 et 35 jours de gestation chez la chienne. 
  • Une origine héréditaire est démontrée dans de nombreuses races de chiens (bulldog anglais, bouledogue français, Boxer, Cavalier King Charles, WHWT, Chihuahua, Berger allemand, Colley, etc.)
  • Une intoxication pendant la gestation peut entrainer une fente palatine : excès de vitamine A, pesticides, etc.
  • Une carence en Vitamine B9 (acide folique) et une hypovitaminose B9 chez la chienne peut entrainer une fente palatine chez les chiots.

Le diagnostic doit se faire dès la naissance afin d’envisager les suites à donner :

  • une euthanasie peut être recommandée lors de fente palatine majeure. A savoir que la fente s’élargie au cours de la croissance. 
  • Une alimentation assistée est indispensable jusqu’au sevrage, particulièrement lors de fente du palais mou.
    • Il est possible de mouler une prothèse du palais (peu couteux) pour nourrir le chiot au biberon ou à la mamelle – voir article – accès gratuit ici
    • un biberon à la tétine allongée peut être moulée pour permette au chiot/chaton de téter
    • une alimentation par sonde est aussi possible
  • la chirurgie (palatoplastie) devra être considérée, une fois les tissus mous suffisamment solides pour favoriser la cicatrisation, soit entre 3 et 4 mois d’âge idéalement.
  • Les principales complications d’une fente palatine sont : retard de croissance, bronchopeumonie par fausse déglutition, rhinite chronique, et non confirmation (même après chirurgie).

La prévention repose d’abord sur la sélection des géniteurs, en évitant la mise à la reproduction de géniteurs ayant déjà engendrés plusieurs chiots à fente palatine. 
Dans les races à risque ou lors d’épisode passé de fente palatine, une supplémentation en acide folique est recommandée pendant les 40 premiers jours de gestation. 0,6 mg/kg/j. (article recommandé – cliquez ici).

error: Content is protected !!